Ligue des Champions – Finale : Borussia Dortmund Vs Bayern Munich

Ces Gardiens de l’Honneur !

 —-

Ole-Borussia[1]

« Au musée du Borussia Dortmund repose le maillot d’Ole Gunnar Solskjaer, attaquant de Manchester United et bourreau du Bayern lors de la Finale 1999 « 

—–Enorme ambiance ce soir à Wembley pour cette finale de prestige ! A l’affiche, une opposition de style entre le Bayern Munich et le Borussia Dortmund. A la clé, une cinquième Ligue des Champions pour les bavarois ou une deuxième pour les borussen, après celle de 1997. Ce soir, les plus lucides misent sur le Bayern. Sortant d’une énorme saison, les joueurs de Jupp Heynckes peuvent réaliser un triplé : Championnat, Coupe d’Allemagne et Ligue des Champions. Les munichois se sont révélés être un véritable rouleau compresseur, capable de gérer les temps faibles et d’accélérer la cadence aux moments opportuns.

Pourtant, certains voient le BVB s’imposer en nous rappelant très justement les dernières confrontations qui ont opposé les deux formations. Sur les 8 derniers matchs, le BVB totalise 4 victoires , 2 nuls pour 2 défaites. Pourtant donné outsider, les borussen ont fait bien plus que de la résistance face à l’ogre bavarois. Si j’imagine mal les munichois passer à côté de cette finale, j’espère voir une équipe de Dortmund décomplexée et généreuse, cette équipe qui nous a donné tant de plaisir.

Composition des équipes

jupp-heynckes-jurgen-klopp-bayern-munich-borussia-dortmund-champions-league-final_2950318[1]

Bayern Munich : Neuer – Lahm, Boateng, Dante, Alaba – Martinez, Schweinsteiger, Robben, Ribery – Müller, Mandzukic

Borussia Dortmund : Weidenfeller – Pizszek, Hummels, Subotic, Schmelzer – Bender, Gündogan – Reus, Kuba, Grosskreutz – Lewandowski

Côté Bayern, on a l’équipe à laquelle on s’attendait. La défense est composée de Lahm à droite, la charnière centrale de Boateng et de Dante tandis que le couloir gauche est confié à David Alaba. Milieu offensif de formation, le jeune autrichien a su s’adapter brillament aux exigences du poste. Je pense que son inexpérience toute relative, est un élément à exploiter pour Dortmund. Offensivement, en l’absence de Toni Kroos, c’est du classique. Ribery occupe le côté gauche et Robben le droit. Devant, Mandzukic préféré à Mario Gomez cette saison, est titularisé. Il est associé à Thomas Müller dans un rôle de neuf et demi, ou de milieu très offensif. Sa tâche principale consiste à s’intercaler entre le milieu de terrain et la défense adverse.

Côté Borussen, l’absence de Götze est évidemment préjudiciable. Cependant, la présence de Kevin Grosskreutz permet de sécuriser le couloir gauche. Polyvalente, cette « gueule cassée » s’est toujours montrée à la hauteur de la confiance placée en elle. Formé au club, Dortmund est gravé dans son coeur. Pour le reste de l’équipe, c’est du grand classique. A noter tout de même la titularisation de la paire Bender-Gündogan à la récupération. C’est l’association qui parait la plus performante. Pourtant, pour composer son milieu de terrain Jurgen Klopp a misé plusieurs fois sur Sébastian Kehl, le capitaine emblématique de cette équipe.

Le Match

Bastian+Schweinsteiger+Ilkay+Gundogan+Borussia+uG048D4_QE_x[1]Dans ces premières minutes, les bavarois ont la possession du ballon mais les borrusen, explosifs, peuvent les prendre à défaut à tout instant. Le Borussia presse haut et son bloc-équipe empêche le déploiement du jeu adverse. Côté Bayern, les passes sont approximatives. Pour contrer les joueurs de Klopp, le Bayern va devoir jouer plus vite. Ce ne va pas être une mince affaire tant Schweini est pour le moment bien muselé. Les borussen sont rentrés par le bon bout et investissent le camp bavaroi. La paire Gundogan- Bender est pour le moment impresionnante.

9ème minute – Première frappe de Kuba. Sur une belle contre-attaque, le polonais, bien décalé sur le côté droit, centre. Le ballon est contré mais lui revient dans les pieds. L’aillier tente un tir mais son ballon passe au dessus du but. Le Bayern est une équipe expérimentée. On ne peut pas imaginer que la situation reste ainsi. Sevrés de ballon, Ribery et Robben sont parfaitement bloqués. En l’absence de Kroos, Schweini est encore plus important dans la création du jeu.

Sur le côté gauche, Lewandowski efface Boateng d’une belle feinte de corps. Il frappe mais ne parvient pas à redresser la trajectoire du ballon. Dans la foulée, le talentueux buteur tir dès 25 mètres, c’est magnifique mais Neuer vigilant, détourne le cuir. Le Bayern ne respire plus et les borussens sont irrésistibles. Sur un beau centre de Pizczek, Kuba reprend la balle d’un plat du pied à l’entrée de la surface mais le gardien munichois est encore à la parade ! C’est une attaque défense. Les jaunes et noirs font tourner le ballon et font preuve d’une lucidité époustouflante.

uefasave2[1]Sur son banc, Heynckes est comme anesthésié. La machine bavaroise semble rouillée. Les passes ont un temps de retard. Le Bayern a besoin de souffler, de respirer et de retrouver ses esprits pour espérer trouver une solution.

18ème – Encore une magnifique action du BVB. Grosskreutz élimine deux joueurs dans le rond central et lance Reus en profondeur. L’attaquant exécute une frappe tendue pied gauche mais Neuer repousse. C’est splendide !

Dans la foulée. Grosskreutz encore lui, récupère un ballon sur la droite de la surface de réparation bavaroise. Il remet en retrait pour Bender qui enroule bien son ballon à ras de terre mais le gardien de la Mannschaft se couche. Les supporters borussen donnent de la voix. On n’a pas l’impression d’assister à une finale tant les jaunes et noirs sont libérés. Tels des musiciens, les joueurs de Klopp jouent une partition. C’est un football total. Tout le monde attaque, tout le monde défend.

Au bout de 23 minutes, le Bayern n’a toujours pas frappé au but. Robert Lewandowski fait pour le moment un match fantastique. D’une précision redoutable, le polonais est aussi bon du droit, du gauche que de la tête. Il est aussi capable d’éliminer ses adversaires, récupérer des ballons et faire un pressing efficace. C’est un véritable joyaux pour un entraineur.

TRDV1489105[1]25 ème – Première frappe du Bayern ! Et elle a failli faire mouche ! Centre de Ribery, Mandzukic reprend le ballon de la tête, Weindenfeiller détourne sur sa barre. Sur le corner qui suit, Martinez s’élève dans les airs, son coup de casque passe juste au-dessus.

29ème – Parfaitement lancé en profondeur, Robben se retrouve en 1/1 face au gardien mais Weidenfeller reste sur ses appuis.

Quel match chers lecteurs ! Ce soir, nous avons deux grands portiers ! D’un côté, l’indéboulonable Neuer, gardien de la Mannschaft, de l’autre un goal non moins talentueux mais qui, par son caractère jugé très particulier, n’a jamais eu sa chance en sélection.

L’orage semble pasé pour le Bayern. Les munichois respirent et portent un peu plus le ballon mais Ribery, candidat au ballon d’or est porté disparu. 34ème minute – Excellente récupération de Reus aux 25 mètres. L’ancien joueur de Mönchengladbach sert Lewandowski qui d’un  contrôle orienté élimine son adversaire direct. Excentré sur la droite, le polonais tente une frappe vicieuse à ras de terre mais Neuer est vigilant.

36ème – Au terme d’un beau mouvement, les bavarois se créent une occasion par Robben mais en pur gaucher, ne reprend pas le ballon de son mauvais pied, bien qu’il soit en bonne position . Cette tergiversation permet à Subotic d’intervenir. Sur le corner qui suit, Müller reprend le ballon de la tête mais c’est une nouvelle fois au-dessus.

Avec le peu d’action qu’il se procure je trouve le Bayern extrêmement dangereux. Certes, Dortmund aussi. Je ne saurai pas l’expliquer mais je sens qu’il n’en faudra pas beaucoup plus aux coéquipiers de Philippe Lahm pour faire la différence. Le Bayern est en difficulté mais semble s’être adapté. Par de longs ballons et profitant de la montée des latéraux adverses, les munichois prennent les borussens dans le dos. La mi-temps approche et les 22 acteurs sont à la hauteur de l’évènement. La folie, le Jugabonito est borussen mais le football ne se réduit pas au beau jeu. C’est aussi de la rigueur, de l’expérience et la capacité de s’adapter face à un adversaire qui vous impose son style de jeu.

Bayern Munich's Robben scores past Borussia Dortmund's goalkeeper Weidenfeller in Champions League final in London42ème minute, sur un ballon en profondeur anodin, Hummels, coutumier du fait, s’emmêle les pinceaux. Robben récupère le cuir, frappe mais Weindenfeller contre miraculeusement le ballon du visage.

Il est peut-être malvenu de parler des absents mais Toni Kroos, en véritable meneur de jeu aurait pu apporter un peu de variété au jeu bavarois.

C’est la mi-temps. S’il y a un joueur à sortir du lot c’est bien Ilkay Gündogan. Aussi bien à la récupération qu’à la création, le jeune allemand est incontournable. Je pense que l’on peut s’attendre à une deuxième mi-temps de même facture mais je mettrais tout de même une petite pièce sur le Bayern. Avec Mario Gomez sur le banc, les munichois sont capables, même contre le cours du jeu de piquer cette équipe de Dortmund, qui ce soir encore fait honneur au football.

Deuxième mi-temps

Les bavarois ont toujours beaucoup de problèmes pour se relancer. Le pressing borrussen est insoutenable. On sent de la tension de part et d’autre, cela peut rompre à tout moment. Le Bayern est à la peine mais Dortmund semble avoir plus de difficulté pour se mettre en position dangereuse. Proche de la rupture, les défenseurs munichois restent tout de même extrêmement concentrés.

Le Bayern investi le camp adverse mais ses attaques sont stériles, on ne trouve pas le bon décalage. De chaque côté, les deux numéros neufs se font de plus en plus discrets. Les défenses prennent le pas sur les attaques à l’image d’une magnifique interviention d’Hummels  sur Franck Ribery. Le stopeur récupère la balle d’un coup d’épaule dans un parfait timming. 58ème – Encore un corner dangereux pour les bavarois. Après une première tête de Dante, Martinez hérite du cuir, mais son tir manque de puissance.

mandzukic-a-ouvert-le-score[1]59ème – Ouverture du score pour le Bayern ! A l’initiative, Franck Ribery. Le français, parti du côté gauche est revenu dans l’axe pour servir Robben. Le néérlandais s’infiltre, s’excentre sur la gauche de la surface mais parvient à redresser le ballon. Mandzukic n’a plus qu’à conclure, 1-0 ! La situation devient difficile pour les borussen qui doivent immédiatement réagir. Cependant, cette équipe n’est elle jamais aussi bonne que lorsqu’elle attaque ?!

Sur son banc, Klopp n’a pas beaucoup de solutions. Si Schieber est le seul attaquant de pointe dont il dipose, Nuri Sahin ou le jeune Leitner pourraient apporter leur vista. Pourtant, on voit difficilement la machine munichoise s’enrayer. On peut prévoir l’entrer de Luiz Gustavo pour consolider le milieu de terrain. Ribery se libère progressivement. Le jeu du Borussia se brouille alors que les munichois font parler leur expérience.

article-2330971-19FFA9E7000005DC-203_634x371[1]66ème – Coup de théâtre ! Sur un ballon en profondeur, Dante, met maladroitement le pied dans le ventre de Reus, Penalty ! C’est Gundogan qui en prend la responsabilité. Le milieu ne tremble pas et prend Neuer à contre pied. Les cartes sont redistribuées mes amis ! Les minutes qui arrivent vont être folles. A présent, ce sont les nerfs qui vont compter. Comment l’ancien Lillois va-t-il réagir ? Les borussen retrouveront-ils leur jeu ? Le Bayern va-t-il douter ?

Désormais, ça va d’un camp à l’autre. Après être passé proche du break, Subotic sauve sur sa ligne un centre de Muller déstiné a Robben ! Il s’en est fallu de quelques millimètres ! 73ème – Magnifique, stratosphérique but de Lewandowski qui de trente mètres contrôle le ballon et frappe de volée. C’est dans la lucarne mais l’arbitre siffle  une main de l’attaquant.

75ème – Belle action du Bayern conclue par une volée d’Alaba aux 18 mètres. L’autrichien est parfaitement équilibré mais Weindenfeiller détourne une nouvelle fois. Malgré l’égalisation, les bavarois dominent cette deuxième mi-temps mais on l’a vu, Lewandowski n’a besoin que d’un petit ballon pour faire la différence. On profite d’une crampe de Boateng pour reprendre son souffle. On attend du coaching de part et d’autre. Les latéraux bavarois montent davantage et les ailliers n’hésitent pas à revenir dans l’axe. Le Borussia subit mais ne rompt pas.

2834857_000-dv1489383[1]87ème minute, sur un bon mouvement initié par Lahm, Schweinsteiger reprend un centre en retrait, Weindenfeiller repousse. 

 

88ème minute – But de Robben ! Sur une magnifique tallonade de Franck Ribery, le batave se faufile dans l’axe, se retrouve seul face à Weindenfeiller et frappe d’un tout petit « exter » sur la droite du gardien.2-1, ce n’est pas volé !

Deux changements successifs interviennent pour Dortmund. Schieber et Sahin remplacent Kuba et Bender. Côté Bayern, Luiz Gutavo rentre et Ribery sort. 91ème -Schieber, se met tout de suite en évidence mais sa frappe trop écrasée est du pain béni pour Neuer. On tente tout coté BVB ! Hummels à l’image des plus illustres défenseurs allemand, joue désormais avant-centre, mais c’est trop tard. L’artbitre siffle ! Le Bayern est champion d’Europe !