Focus sur : Claude Makelele

—-

Le Noble Travailleur

make equipe de france

—-

Claude Makelele, 40 ans, est l’actuel adjoint de Laurent Blanc au Paris-Saint-Germain. Passé à côté de la Coupe du monde 98 et de l’Euro 2000, Make, 71 sélections, connait sa première sélection dès juillet 1995 face à la Norvège. En 13 ans d’équipe de France, il n’a glané aucun titre. Barré par les paires Deschamps-Petit puis Petit-Vieira,  il dut  attendre l’âge de 31 ans pour être titulaire. La faute à pas de chance ?  Ses déceptions ne l’empêchent pas d’être connu et reconnu dans le monde du foot pour son rôle de milieu défensif. Passé par l’école Nantaise puis par le grand Real Madrid, beaucoup affirment qu’il n’a pas eu la carrière ni la reconnaissance méritées.

C’est donc avec beaucoup d’envie et une pointe d’excitation, que je me suis lancé dans l’étude du cas Makelele avec comme support ses matchs mais aussi son livre : « Claude Makelele, tout simplement… » réalisé avec la collaboration d’Alex Hayes et parut chez Prolongation.

J’espérais découvrir ce qui se cache derrière cet homme discret et méconnu. S’il est instructif de recueillir ses descriptions de certains personnages de la planète football, il  faut se battre, lire entre les lignes, se risquer à des déductions et à des interprétations pour tenter de percer à jour, quelqu’un qui ne se livre pas ou trop peu. Résultat, beaucoup de déceptions. On ne ressent aucune intimité. J’aurais aimé un texte plus profond, écrit non par lui mais par un proche. Malgré tout, je vous invite a revivre la carrière de ce joueur qui restera  un des plus grand numéro 6 que la France ait connu.

—-

Biographie

makelele pèreClaude Makelele est né le 18 février 1973 à Kinshasa, dans l’ex -Zaïre. Un pays d’Afrique où son père, André Makelele, est une star de l’équipe nationale de football. Claude affirme qu’il lui doit sa réussite, grâce aux conseils prodigué tout au long de sa carrière.

Son père parti tenter sa chance en France, Make se retrouve seul avec sa mère et le reste de sa famille. Il doit attendre ses 8 ans pour le rejoindre à Epinay-sous-Senart, en banlieue parisienne. La vie y est dure et Makelele senior doit raccrocher les crampons. C’est le moment que choisit Claude pour explorer la chose.

Attaquant chez les cadets nationaux de l’US Melun, il y fait la connaissance de Lilian Thuram. Le premier tournant de sa carrière intervient lorsque le club, qui n’a pas assez de joueurs pour disputer un match de Coupe de France face au Red Star, le convoque. Il n’a alors que 16 ans.

Rentré à dix minutes de la fin, il inscrit, d’une volée de 25 mètres, le but égalisateur. Courtisé, il signe au Stade Brestois. Un club qui, rattrapé par des problèmes financiers, se voit relégué en troisième division. Ambitieux, Makelele doit plier bagage au bout d’une seule saison. Après avoir hésité entre le Monpellier Hérault de Loulou Nicollin et le FC Nantes, il opte pour les Canaris. Le problème : étant de nationalité zaïroise, Make doit régulariser sa situation avant de prétendre jouer en équipe première.

Il l’obtient la nationalité française en 1992. Jackpot, il bénéficie d’un rajeunissement de l’effectif pour s’imposer en compagnie des Ziani, Loko, Ndoram ou autres Pedros. Cette génération brille et décroche la saison suivante, une prometteuse 5ème place ainsi qu’une place en finale de Coupe de France. A cette époque Claude évolue dans un poste de milieu droit.

MAKE NANTES JUVEEn 1994/1995, les Canaries sont champions de France. Ils décrochent le titre qui leur échappait depuis 12 ans. Galvanisés, ils se hissent, l’année suivante jusqu’en demi-finale de Ligue des champions. La bande à Make est alors éliminée par la Grande Juve.

Déçu par les nombreux départs, Claude quitte Nantes en 97 pour l’OM, espérant franchir le pallier qui l’inscrirait définitivement dans le groupe France.

Ce fut une désillusion. Dépité, il dénonce l’attitude de Rolland Courbis, qu’il juge responsable de sa non-participation à la Coupe du Monde 1998. Aligné sur le flanc droit de l’éxigeant 3/5/2, Make ne s’adapte pas et se retrouve cantonné au banc des remplaçants. A la fin de la saison, suivant les conseils de son père, il tente l’aventure Celta Vigo, qui a affrété un avion spécialement pour lui.

En Espagne, Make retrouve de bons joueurs comme Karpine, Mostovoi ou autre Révivo. L’entraîneur Fernandez veut en faire un leader. L’ailler qu’il était est replacé dans le cœur du jeu, dans un rôle de sentinelle devant la défense. L’Equipe pratique un beau football. Lors de sa deuxième saison, à l’occasion d’un match contre la Juve de Zizou (victoire 4-0), il tape dans l’œil des recruteurs du Real Madrid. Si ce transfert apparaît comme un aboutissement, Make assiste à l’Euro 2000 en tant que spectateur.

barcaA Madrid, il a la lourde tâche de faire oublier le talentueux Fernando Redondo, un milieu défensif dont la technique est bien au-dessus de la moyenne.

Epanoui et entouré, je le cite, de « coéquipiers à la hauteur », il aime préciser qu’il est « le patron du milieu de terrain et non une simple bonne à tout faire », souvent associé au rôle de numéro 6. A la fin de sa première année, il décroche le titre de champion, le premier des Merengues depuis 1997.

—-

L’année suivante, Claude passe du stade de bon à celui de grand joueur, grâce à la consécration madrilène en Ligue des champions. Un match d’anthologie remporté face aux Allemands du Bayer Leverkusen. Ces succès lui permettent de faire son retour chez les Bleus. Alors que la chance semble tourner Make se dit victime d’une trahison de la part du Real.

A l’époque, il a l’un des salaires les moins onéreux du club.. Le président Perez, lancé dans la politique des « Galactiques« , repousse les discussions pour une éventuelle revalorisation. Make se met en grève et refuse de s’entrainer. Son père déclare alors dans le bureau de Jorge Valdano : « soit ils honorent leur contrat, soit je le ramène en Afrique et il ne jouera plus au foot“. La situation semble insurmontable et finalement, Chelsea propose 20 millions pour le recruter. Après son départ, le Real ne gagnera rien pendant 4 ans. Dans son livre il déclare : »J’ai plus manqué au Real que le Real ne m’a manqué ».

CHELSEA MAKE TERRYPremière recrue de l’ère Abramovitch, il débarque à Londres avec beaucoup d’a priori, notamment sur la qualité du jeu. Bousculé, il se rend vite compte des exigences de la premier League concernant l’impact physique. Il travaille et parvient à combiner technique et physique.

A la fin de sa premiere saison (2003), Chelsea échoue à la seconde place de Premier League, devancée par « Les Invincibles » d’Arsenal, invaincue en championnat. En Ligue des Champions, les Blues sont éliminés en demi-finale par Monaco. Dans son livre Make juge son entraîneur de l’époque, Claudio Ranieri :  » Un mec bien qui n’a pas l’étoffe d’un champion « .

La saison suivante, José Mourinho, champion d’Europe et du Portugal avec le FC Porto débarque. Chelsea remporte la Coupe d’Angleterre et le titre en championnat, le premier depuis 50 ans.
Les Blues enchaînent et finissent en 2004, 1er avec 95 points avec un total de 15 buts encaissés, un record qui tenait depuis 1888. Éliminé en 8ème de finale de C1 face au Barça de Ronaldinho, Mourinho multiplie les provocations, une attitude que Make déplore, déclarant que le Portugais a « pris le melon ».

Les relations se tendent entre le joueur et son entraîneur. Claude se retrouve souvent sur le banc.  Heureusement, ses bonnes performances en sélection lui permettent de mettre Mourinho sous pression. Le Portugais finit par être évincé. Il est remplacé par Avraham Grant. Chelsea finit 2nd du championnat, laissant le titre à Manchester United. Cette série noire se poursuit avec une défaite en finale de Ligue des Champions.

MAKE PSGMake pense alors à sa reconversion. Contacté par le président du PSG Sébastien Basin, il s’engage un an, avec une année en option et une possibilité de reconversion. A 35ans, Makelelé, Brassard vissé, fait encore parler l’expérience. Il hisse le club de la capitale dans la première partie de tableau. En Europe, les parisiens atteignent les quart de finale de la Coupe l’UEFA. En 2011, à 38 ans, il raccroche les crampons et se reconverti dans un rôle je le cite de  » Moitié grand-frère, moitié recruteur ».

Psychologie

Je ne prétends pas pouvoir dresser un portrait psychologique de l’homme mais après lecture, on peut s’interroger pour tenter de le comprendre. Makelele est un mec droit et entier, sans doute plus susceptible et individualiste qu’il ne le laisse paraître. Un poil utopiste, il aime être un patron qui par son simple charisme n’a pas besoin de gueuler pour être respecter et admirer.

—-
Claude-MakeleleDans sa biographie, Make ne se livre pas. On le sent très attaché à l’image qu’il s’est forgé sur la scène publique. Il le dit d’ailleurs très clairement, il aimerait que ce livre serve d’exemple à ses enfants.

Dans la pure tradition du sage africain, il n’avoue que peu, voire pas de défauts. Le seul notable étant sa „naïveté“… Pudique, il décrit son caractère avec une pseudo-perfection assez morne.

—-

Je ne souhaite pas remettre en cause l’homme, qui a eu une carrière irréprochable tant sur le terrain qu’en dehors mais je suis déçu que ce soit Raymond Domenech, dans sa préface, qui nous apprenne que lors de certains match Make n’ait pas été bon.

Je suis déçu que son « demi-échec » international ne soit que de la faute des autres et jamais de la sienne. Il n’hésite pas à taper sur le monde du foot et sans doute à juste titre. Mais pourquoi critiquer Courbis, Santini, Ranieri ou tant d’autres et ne rien dire du fantasque Domenech ?
Pourquoi ne nous livre t-il pas ses sentiments profonds quand à sa non participation à la Coupe du Monde 98 et à la défaite de 2002 ? A tous ceux qui, comme Domenech, pensent qu’il ferait un bon entraîneur, je me permet d’émettre un certain nombre de réserves. Dans son livre, on sent quelqu’un qui raisonne comme un joueur et non comme un coach.

Pourtant, on décèle par moment une pointe de tristesse, quand il nous dit sans trop s’étaler que L’Afrique « a pris toute sa famille ». Dans un pays comme le Zaïre, théâtre de la guerre et de la dictature, on doit grandir vite pour devenir « un homme ». Make a été élevé « à l’africaine » et il en est fier. On apprend à ne pas poser trop de questions et on respecte ses aînés. Symbole, ce n’est que lorsque son père arrête sa carrière, que Claude s’autorise à pratiquer le football.

real makeQui sait, ce respect est peut-être la raison de son succès dans l’institution Madrilène. Un club où il faut s’attacher la sympathie d’Anciens qui gravitent comme des fantômes et ne cessent de critiquer tout ce qui est fait par les nouveaux. Très croyant, Make nous apparaît comme quelqu’un de strict et exigent envers lui-même.

Il pense beaucoup mais parle peu, voire pas assez. C’est peut-être une des raisons pour laquelle il se dit souvent berné par ses employeurs.

Il fonctionne à l‘instinct, ne calcule pas et sait ce qu’il vaut. Trop souvent mésestimé, le numéro 6 passe inaperçu aux yeux d’un grand public qui préfère les joueurs offensifs. On sent qu’il en a souffert, puisqu’il cherche constamment à nous montrer qu’il est quelqu’un d’important, dans un rôle de conseiller de Zinédine Zidane, où celui de grand frère qu’il lui tient à coeur. D’ailleurs, un passage du livre peut nous interpeller. Lorsque Zidane et Thuram décident d’arrêter leur carrière internationale, Make emboîte le pas. C’est une décision étonnante car lui, n’a rien gagné et a été privé de sélection pendant si longtemps.

Autre point, lors de son second retour avec Zizou et Thuram, il nous « confie » que de hautes personnalités les ont contactés et suppliés de revenir en équipe de France car qu’il était d’un enjeux géopolitique que le football français rayonne. Il nous « confie » toujours, que seuls le sélectionneur et ses deux coéquipiers étaient dans le secret de ce qu’il appelle un « secret défense« . Il ajoute qu’il ne peut en aucun cas, divulguer l’identité de cet interlocuteur… Ce qui m’inquiète, c’est que je n’ai pas déceler d’ironie en lisant ses propos. Pour un journaliste sportif, je pense qu’il y a peu d’intérêt à lire le livre. Au final, on ne connaît pas plus l’homme. On a plutôt l’impression d’avoir une description de Superman.

Tactique

Claude Makelele est un bosseur, un mec qui connait ses qualités et ses limites. La connaissance de soi n’est pas quelque chose à omettre dans le football. Elle est un des facteurs qui permettent de dépasser le stade de bon footballeur pour atteindre celui de star mondiale. Formé dans un poste offensif, il a dû se reconvertir dans un rôle de sentinelle. C’est une mutation qui demande du temps et du travail. Il faut se canaliser, se placer lors des phases défensives et offensives et apprendre à fonctionner seul, par paire ou en trio en fonction du système tactique. Make est un homme réfléchi qui n’a pas mis longtemps à s’habituer aux exigences du  poste. Si on a réussi en tant que 6 dans le Real des Galactiques c’est que l’on a tout compris non ?

Paris Saint Germain's Makelele challenges Olympique Marseille's Valbuena and Niang during their French Ligue 1 soccer match at the Velodrome stadium in MarseilleBeaucoup parlent de « rôle à la Makelele« . Essayons de décrypter cela. A titre personnel je ne pense pas qu’il est révolutionné le poste de numéro 6, mais ses qualités de récupérations et de tonicité en font un joueur à part. Malgré sa petite taille (1m75), il se voit confier le poste exigent de milieu défensif. J’insiste sur sa taille car sans être rédhibitoire, elle est un atout pour aller au duel lors de dégagement du gardien adverse. Néanmoins, elle est aussi un avantage car grâce à un centre de gravité bas, il peut pivoter rapidement pour se mettre dans le sens du jeu.

Ce que l’on demande à un 6 moderne, c’est être bon défensivement, avoir un minimum d’aisance technique mais aussi une bonne capacité de relance. Make a hérité de qualités de ses anciens postes offensifs, comme l’agilité, lui permettant de se sortir de petits espaces. Du coup, il sait jouer vite et se défaire du pressing. Il possède aussi la faculté de lire les trajectoires des ballons. Il est à l’affût de la moindre erreur technique de l’adversaire.

Ses qualités n’en font pas pour autant un excellent relanceur. Sa qualité de passe, et sa frappe de balle ne sont pas ses points forts. Néanmoins, avec ses atouts, il permet à son équipe de se projeter vite vers l’avant et de placer un bloc-équipe assez haut sur le terrain. Lors de pressing, la lecture des trajectoires et la vitesse d’exécution sont déterminantes.

Quand on parle milieu défensif, on pense souvent physique. Pour notre cas,  j’utiliserai les termes de tonicité et de puissance. Malgré son poste reculé, il percute, ce qui lui permet de placer de légers coups d’épaules. Enfin, j’utiliserai le terme maîtrise. Claude fait peu de fautes, une qualité « importantissime » dans un rôle qui récolte beaucoup de cartons et de fautes dans des zones dangereuses.

pensifMake a un profil atypique. Avec qui peut-on l’associer pour qu’il soit le mieux exploité ? Doit-on le faire évoluer seul devant la défense ?

Si ses qualités de récupérations, de maîtrise et sa maturité lui permettent de tenir aussi ce rôle, des contraintes existent. Il faut, en outre, que votre meneur de jeu redescende chercher les ballons pour pouvoir faciliter le lien entre le milieu et l’attaque.

Si je critiquais sa qualité de passe, il est tout de même beaucoup plus habile dans le jeu court que dans les longs ballons. A terme, je ne pense pas que ce soit son meilleur rôle. J’estime qu’un 4/2/3/1 est optimale pour lui, si il est accompagné d’un partenaire complémentaire. Beaucoup pensent à Patrick Vieira.

Je trouve que cette association est arrivée bien tardivement. Avec l’âge, le premier a perdu de sa tonicité qui pouvait presque en faire un relayeur, un mec qui par sa percussion, peut donner du rythme à la relance. Le second évoluait dans ce rôle de 8 pas forcement adapté. Vieira est un 6 et pas un 8 comme peut l’être Yaya Touré. Je pense que cette paire, si elle est complémentaire sur le papier et dans les phases défensives, ne l’est pas lorsqu’il faut attaquer. Si l’équipe adverse presse ils ont de grandes difficultés pour relancer.

lampardJe pense donc qu’il doit être associé à un relayeur qui possède une qualité de passe au-dessus de la moyenne, une bonne frappe et un physique imposant. Evidemment, Franck Lampard rempli à merveille ce rôle. On ne s’étonne pas de leur réussite à Chelsea.

Enfin, dans la fleur de l’âge, Make aurait pu évoluer sur le flanc droit d’un milieu à 4 resserré en losange, dans le rôle que tenait Gennaro Gattuso. Accompagné d’un Seedorf, qui lui est très complémentaire, ils auraient la charge de protéger un meneur de jeu reculé comme Andrea Pirlo.

En conclusion, Makelele est un joueur qui mérite qu’on s’intéresse à lui par son parcours et son jeu. Où doit-on le placer dans la hiérarchie de nos milieux récupérateurs comme Deschamps, Sauzée, Vieira ou autre Fernandez ? Au dessus techniquement, il n’a sans doute pas reçu toute l’attention ni le temps de jeu qu’il mérite. Si le PSG venait à se séparer de lui, son charisme et son exigence ne seraient pas inutiles à notre équipe de France.

Palmarès

Champion de France : 1995
Champion d’Espagne : 2001, 2003
Champion d’Angleterre : 2005, 2006

Coupe de France : 2010
Coupe d’Angleterre : 2007
Coupe de la Ligue Anglaise : 2005, 2007

Ligue de Champions : 2002
Coupe intercontinentale : 2002
Supercoupe de l’UEFA : 2002

Tu as apprécié ? 😀 Retrouve mon article sur Maxime Gonalons : https://flavbories.wordpress.com/2013/07/29/focus-sur-maxime-gonalons/

Publicités

3 réflexions sur “Focus sur : Claude Makelele

  1. Excellent article, j’aime l’objectivité sur le fond, en rajoutant par la suite ton avis personnel.
    Petite faute sur l’avant-avant-avant dernier paragraphe, le dernier mot devrait etre « employeurs » et non « employés ».
    S’il existe une newsletter sur ton site, j’aimerais y etre ajouté.
    Bonne continuation =)

  2. Pingback: Focus sur : Didier Drogba |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s