Focus sur : Maxime Gonalons

Maxi Mais Gonalons !

—-

52146[1]

—-

Alors que tous les regards sont braqués sur Clément Grenier, que l’on se pose toujours les mêmes questions autour de Gourcuff et que l’on essaie de comprendre les déclarations parfois maladroites du président Aulas, je souhaite m’attarder ici sur Maxime Gonalons, milieu récupérateur et capitaine de l’Olympique Lyonnais.
Ses admirateurs le décrivent comme un teigneux, un joueur qui ne lache rien, un type capable d’incarner les valeurs de son club. Ses détracteurs en parlent comme d‘un joueur moyen, voire brouillon, trop souvent indiscipliné et techniquement limité.
Ce qui est sûr c’est qu’en dehors du terrain, Gonalons apparait comme quelqu’un de sympathique, un mec simple plutôt bien éduqué, un joueur qui semble appartenir à une génération passée ou les crêtes et les colorations n’existaient pas. Pourtant, il n’a que 24 ans.

—-

Biographie

77123_402388269869083_1109499621_n[1]Maxime Gonalons est né en 1989 à Venissieux, une commune située dans la banlieue lyonnaise. Formé au FC Villefranche, il rejoint l’OL en 2000. Après avoir fait ses gammes en CFA, il débute avec les professionnels en 2009. Cette même année, les supporters lyonnais se rappellent sans doute qu’il inscrit d’une tête plongeante, dans le mythique Anfield, le but égalisateur face à Liverpool en Ligue des Champions.

Précisons que l’année précédente, il contracte un staphylocoque doré (une bactérie à l’origine de nombreuses infections ou intoxications alimentaires), à la jambe, ce qui aurait pu compromettre sa carrière. Lancé par Claud Puel, Gonalons totalise aujourd’hui 151 matchs de Ligue 1 et entame cette saison sa cinquième année chez les Gones.

Longtemps cantonné dans un rôle de remplaçant, Gonalons a profité du départ de Jeremy Toulalan à Malaga pour briguer une place de titulaire devant la défense. Progressivement, il devient un titulaire indiscutable. Et pour cause, il retrouve en équipe première, un entraineur qu’il a cotoyé en CFA : Remi Garde.
En janvier 2013, l’attaquant Argentin Lisandro Lopez annonce qu’il rennonce au brassard de capitaine. Il explique son geste par sa volonté de se recentrer sur sa tâche première : marquer. A cette période, Lopez passait par une période difficile et les buts se faisaient rares.

46106_356976967743547_1954121027_n[1]Après avoir été le leader de la réserve lyonnaise, Gonalons se voit donc confier, du haut de ses 23 ans, le brassard de capitaine d’un club septuple champion de France mais surtout d’une équipe en pleine mutation. L’Olympique Lyonnais, loin de son lustre d’antan tente avant l’arrivée du grand stade, de garder ses comptes au vert, malgré le manque à gagner dû à une non-participation à la lucrative Ligue des Champions. A titre d’exemple, le PSG a touché environ 45 millions d’euros grâce à son quart de finale en C1 alors que Lyon n’a empoché que 7 millions d’euros avec son 16ème d’Europa League. Enfin, il est important de préciser que les clubs sont soumis à la réforme Platini, les obligeant à ne pas être en déficit.

Evoluant dans le rôle souvent ingrat de milieu défensif, Maxime Gonalons s’est révélé comme un des bons numéro six de notre championnat, au point d’être convoqué par le sélectionneur. Aujourd’hui, il a été appelé 6 fois chez les Bleus.

—-
Après une saison animée de performances irrégulières, certains joueurs lyonnais se sont révélés comme Clément Grenier, Samuel Umtiti ou le jeune gardien Anthony Lopes. Gonalons lui, a enchainé les prestations en dents de scie au point de ne plus apparaitre sur la liste du sélectionneur. Ce constat, le lyonnais l’assume avec une parfaite lucidité.

2014, année de la Coupe du Monde au Brésil, s’annonce comme un rendez-vous important pour beaucoup de footballeurs. S‘il y a bien un poste où les places sont à prendre en Equipe de France, c’est bien à la récupération. Pour obtenir le précieux sésame, Gonalons va devoir faire preuve de régularité et de sobriété, à défaut de technique et d’élégance. Mais, s‘il y a un point fondamental sur lequel il doit progresser c’est sur sa lucidité et sur sa régularité dans ses performances.

Caractère

Lyon-Bayern-Munich-Maxime-Gonalons_full_diapos_large[1]Cela peut vous surprendre mais il n’y a pas si longtemps, Gonalons faisait parti des joueurs qui m’agaçait. Ce n’est pas par un purisme qui exigerait d’un numéro 6 qu’il soit aussi agile et à l‘aise techniquement qu’un numéro dix. Au passage, je suis un fervant admirateur de Genarro Gattuso.
Ce qui me gênait chez Maxime, c’est son comportement sur le terrain. Ils étaient de ses joueurs constamment en train de contester les décisions arbitrales, en somme il y avait chez lui des manques de maitrises et de rigueur. Une attitude qui le faisait trop souvent sortir de son match.

Si son brassard de capitaine l’a changé, l’a fait murir, trop souvent encore, ses vieux démons refont surface. A terme, il le sait, pour franchir un pallier, il va devoir apprendre à se maitriser s‘il ne souhaite pas devenir la tête de turc du corps arbitral et des amateurs de football.

On imagine le capitaine comme celui qui gueule le plus fort. Pourtant, un leader est avant tout quelqu’un de respecté et admiré pour son football, sa rigueur et son charisme.
Si des joueurs comme Van Bommel sont aimés ou détestés pour leur comportement à la limite du correct, remarquez que leurs interventions ne sont pas dues à de l’immaturité ou à un manque de maitrise, elles sont soigneusement réfléchies et mises en place dans le but de casser le rythme d’une contre-attaque ou de faire sortir un joueur de son match.

—-
946649_415482115226365_2122866287_n[1]Malgré cette agressivité, on ne retrouve pas chez Gonalons cette roublardise qui lui permettrait d’exploiter cette qualité. Néanmoins, l’obtention de nouvelles responsabilités lui ont permis de se canaliser et de se concentrer sur sa tâche première : récupérer les ballons. Aujourd’hui et malgré ses lacunes, il figure comme un élément important du vestiaire lyonnais.

Alors que beaucoup de joueurs nous apparaissent comme „je m’en foutistes“, extravagants, Gonalons véhicule la figure du mec clean et professionnel. Un gars plutôt facile à vivre qui semble avoir pris la pleine mesure de sa nouvelle charge.
Sobre dans son style et dans son allure, Gonalons peut paraître vieux jeu mais c’est tout à son honneur. Il fait un parfait lien entre la jeune génération lyonnaise et ses aînés et doit se faire un plaisir de rapeller aux petites starlettes que Lyon c’est quand même le club 7 fois Champions de France.

Enfin, En tant que capitaine ou vice-capitaine de l’OL, j’aurais aimé l’entendre plus vivement condamner l’attitude de certains de ses coéquipiers et supporteurs vis à vis de l’ennemi stéphanois. Si le club a fini par condamner des propos qui n’ont pas leur place dans le football, j’aurais aimé qu’il monte plus au créneau. Je suis un doux rêveur.

Dans cet effectif rajeuni, il est important de pouvoir compter sur un homme comme Gonalons, s‘il ne plombe pas son équipe. Parfois, son immaturité se retrouve dans son jeu. Titulaire indéboulonable de Remi Garde, la saison dernière, il aurait été judicieux de le faire souffler quelques matchs. Cela aurait évité qu’il enchaine tous les matchs, provocant cette fatigue psychologique et ce manque de lucidité dont il est souvent victime.

—-

Tactique

TRPar7555781[1]C’était écrit, Maxime Gonalons était prêt pour prendre la succession Jeremy Toulalan au poste de sentinelle. Après quelque années d’exercice, je ne le trouve pas au niveau du néo-monegasque. Milieu récupérateur à l’ancienne, il brille par sa hargne et son courage plutôt que par sa technique.

Pourtant, c’est un fait. Le football évolue et il est de moins en moins courant de voir un joueur se cantonner à son seul rôle.

Par exemple, le numéro 6 moderne doit être capable de récupérer les ballons, relancer proprement, voir de pouvoir éliminer un ou deux joueurs pour permettre à l’équipe de se projeter vers l’avant. Bien sûr ces qualités correspondent à un certain idéal que peu de joueurs peuvent se targuer de posséder ou d’envisager acquérir. A l’inverse d’un Blaise Matuidi, je ne pense pas qu’il pourra étoffer son jeu pour devenir une sorte de 6/8 en raison d’une qualité technique et d’une frappe de balle  insuffisante. Pourtant, je ne pense pas que ce soit une si mauvaise chose. Il vaut mieux être un bon numéro 6, qu’un joueur polyvalent moyen.

Le lyonnais est dur sur l’homme, parfois casseur mais il reste une valeur sûre. Par son pressing physique, il est intéressant pour contrer l’animation adverse.
Pourtant, trop souvent Maxime est coupable de fautes prejudiciables et évitables. De plus, sa qualité de passe est encore bien médiocre et lui fait perdre trop de ballons au milieu de terrain. On peut penser que ces erreurs sont dues à un manque d’expérience. On attend qu’il devienne un joueur capable de gérer les temps faibles de son équipe comme l’a pu être Thiago Motta en fin de saison dernière. On attend de lui qu’il devienne indispendable.

gonalons_ol14[1]Maxime Gonalons est donc un récupérateur. Il y a plusieurs bonnes formules pour le faire évoluer, j’estime qu’il est le plus efficace dans un 4/3/3 accompagné de deux numéros 8 ou d’un 8 et d’un 10, au choix.

Quoi qu’il en soit, sa palette réduite m’empêcherais de le faire évoluer dans un 4/4/2 à plat, sauf si son partenaire possède un bagage technique énorme.

Pour qu’il progresse, je n’hésiterai pas à le faire évoluer lors de certains matchs d’entrainements ou lorsqu’un des titulaires est absent, dans un poste de défenseur central. C’est un rôle exigent mais qui lui ferait travailler sa concentration, l’anticipation des trajectoires de balles, son placement et sa rigueur. Bref, Gonalons doit apprendre à se connaitre, se concentrer sur les fondamentaux et sur ses qualités. Il ne marquera peut-être pas l’histoire du foot, mais il peut devenir un mec sur qui compter et c’est déjà pas mal !

—-

Perspectives futures

e)-et-maxime-gonalons-(second-en-partant-de-la-droite)-tout-deux-tres-courtises-resteront-finalement-a-l-ol-la-saison-prochaine-photo-pqr-stephane-giochon[1]Si L’OL a refusé plusieurs offres, notamment napolitaines pour son international, cette décision me laisse songeur. Certes, il est difficile pour un club de se séparer de son capitaine, l’un des fleurons de son centre de formation.

En outre, il n’est pas facile de lui trouver un remplaçant, qui s‘il n’est pas meilleur que lui, soit au moins d’un niveau équivalent.

Enfin, vu l’importance des saisons lyonnaises, ce successeur devrait être opérationnel immédiatement. A titre personnel je pense qu’un départ à l’étranger pourrait lui faire du bien. Maxime doit passer un pallier et avoir pour entraineur, quelqu’un capable de le réguler, de le guider et de le faire progresser. L’Angleterre ou l’Italie pourraient être de bons choix.

La saison prochaine, en vue de la Coupe du Monde au Brésil, Gonalons va devoir passer un cap pour espérer faire partie intégrante du groupe France. Quand on sait que les exils d’Mvila et de Lassana Diarra les empêchent d’être sous le feu des projecteurs, qu’Etienne Capoue enchaine les performances en dent de cie et que Jeremy Toulalan semble pour le moment évincé, on se dit qu’il y a une place à prendre !

—-

Palmarès

Vainqueur de la Coupe de France en 2012
Vainqueur du Trophée des Champions en 2012

T’as kiffé ? 😀 Retrouve mon article sur Zlatan Ibrahimovic : https://flavbories.wordpress.com/2013/06/22/focus-sur-zlatan-ibrahimovic/

Publicités