Billet : Rudi Garcia signe à la Roma !

Comment apprivoiser la Louve ?

3428952_3_7306_rudi-garcia-va-decouvrir-la-serie-a-l-an_8b4ed35e89b41af9f2000a0d59675f20[1]

Pourtant pressenti, Laurent Blanc ne sera pas l’entraineur de l’AS Roma. Le mercredi 12 juin, le coach du LOSC Rudi Garcia (49ans), s’est engagé pour 2 ans avec le club italien. Pour beaucoup, c’est une surprise, pour d’autres, c’est une juste récompense. Durant sa première conférence de presse, Garcia s’est dit fier et n’a pas oublié de saluer la formation des entraineurs français, un joli pied de nez pour ceux qui avaient tendance à remettre en doute les compétences des techniciens tricolores.

2892675723_1[1]Ancien milieu offensif, Rudi Garcia est né à Nemours. Il débute sa carrière d’entraineur en 1994 à l’AS Corbeil-Essonnes. De 1999 à 2001, il est adjoint à l’AS Saint Etienne et se voit promu entraineur lors de sa dernière année. Ensuite, il descend d’un étage et se retrouve en ligue 2 où il coache le Dijon FCO (2002-2007). En 2007, il fait une petite pige au Mans UC. Enfin, la saison suivante il atterrit au LOSC (Lille Olympique Sporting Club). Dans le nord, Garcia décroche un titre de Champion de France (2011), une coupe de nationale la même année et reçoit comme consécration le titre de meilleur entraineur de Ligue 1.

Rudi Garcia est homme de caractère et un entraineur consciencieux. Plus qu’un simple rabat-joie, il dégage beaucoup de charisme. En 4 saisons, il a su ramener des trophées mais aussi donner un style à son équipe.

L’année prochaine, Garcia franchit un cap et c’est une promotion exceptionnelle qui fait de lui le premier entraineur français en Serie A. Si ces dernières saisons, la Roma ne joue plus les premiers rôles, elle ne reste pas moins l’équipe de la Capitale italienne. Ce n’est pas le club le plus simple à entrainer, la pression y est constante et les tiffosi sont plus que passionnés. Cerise sur le gateau, tout entraineur de la Louve doit faire avec présence l’incontournable, de la star, du dieu vivant, Francesco Totti  36ans, au club depuis 21 saisons !

De Lille à Rome

A Lille, Garcia a mis en place un 4/3/3. Depuis plusieurs saisons, il fait grandir le LOSC en prenant brillament la relève de Claude Puel. Que l’on soit supporter ou simple amateur de football, on a tous été séduit par le jeu lillois basé sur la possession de balle et les passes courtes.

1599153_w4[1]Etre entraineur c’est aussi avoir la capacité de faire progresser ses joueurs. La cellule de recrutement du LOSC est réputée, misant nottament sur des joueurs de la régions Nord-Pas de Calais et de Belgique.

Pour composer son groupe, Garcia a su trouver l’équilibre entre joueurs d’expériences et jeunes pousses. Les espoirs ont été intégré progressivement en bénéficiant d’une saison d’apprentissage avant d’être lancé dans le grand bain.

A ce titre, on peut citer les Hazard, Cabaye, Gervinho, Chedjou… Avoir un effectif complet, c’est aussi miser sur des joueurs intelligents, teigneux voire revanchards à l’image des Mavuba ou autre Balmont. Des footballeurs qui ont à cœur de prouver leurs qualités et de se relancer dans un club ambitieux mais où la pression médiatique est moindre. 

Les seuls bémols ou interrogations que l’on pourrait formuler à Garcia sont sa capacité de gérer les forts caractères.  On a bien sûr en mémoire le clash avec Mickaël Landreau. A Rome, il aura à faire à des joueurs d’un tout autre calibre, d’une tout autre envergure. Que représente, un titre de Champion de France en Italie ? Pas grand chose..

Fondée en 1927, l’AS Roma traverse une période difficile, on peut parler de mutation. La Loupa compte a son palmarès 3 scudettos, 9 coupes d’Italie et deux super-coupes nationale. Cela peut paraitre bien maigre par rapport à celui de la Juve, du Milan ou de l’Inter. Pourtant, à Rome la ferveur populaire est tout aussi considérable. Comme Milan, Rome compte deux clubs : la Lazio et la Roma. L’opposition et la haine entre ces deux équipes sont viscérales.

zdenek_zeman_901a1794737fe7d435cd18adabd643f2[1]Qu’on se le dise, il est difficile de faire plus instable que le club de la Louve. Après des années 80 couronnée de succès, dont 1 scudetto en 1983, et une finale de C1 en 1984. Le début des années 2000 semblait annoncer un futur prospère mais les Gallorossi ont vite déchantés pour retomber dans le ventre mou du championnat. Dans la capitale italienne, les entraineurs se succèdent, les derniers en dates sont Luis Enrique, Zdenek Zeman et Andréa Andreazzoli.

Oui, la Roma veut gagner mais elle veut surtout produire du jeu. C’est pour cela que l’on a rappelé 13 ans après son départ, le talentueux, le caractériel mais expérimenté Zeman. Malgré une qualité de jeu au rendez-vous, « Mister Boemo » n’a jamais su construire une équipe solide et régulière dans ses performances. En outre, il existait des tensions entre le coach et l’un des cadres Daniele De Rossi.
La politique de la Roma évolue, rythmée par la crise économique qui touche notre société.  Plus de grands noms, on mise désormais sur de jeunes talents comme Lamela, Florenzi ou Pjanic… On peut donc comprendre pourquoi le choix des dirigeants s’est porté sur Rudi Garcia.

Se mettre Totti dans la poche

francesco_totti_by_jessicasolomatita-d3jov1g[1]Garcia devra faire avec des jeunes mais plus particulièrement avec de fortes personnalités. Rome c’est Francesco Totti ! Tout coach doit en tenir compte pour éviter les tensions. Avantage ou inconvénient? Totti bien que vieillissant, se montre encore décisif.

Garcia devra dialoguer avec un Totti qui ne se contentera pas du rôle de simple capitaine de vestiaire. Comment profiter au maximum d’un joueur de 36 ans?

Heureusement pour le Français, Francesco est polyvalent. Il peut jouer en pointe, en neuf et demi, en numéro 10 ou sur un côté. D’ailleurs, je le verrai bien dans un rôle de meneur de jeu. Ce poste reculé peut lui permettre de profiter de sa lourde frappe et d’économiser ses efforts. Dans ce cas, il faut l’accompagner au minimum de deux récupérateurs pour le soulager des tâches défensives.

Avec des éléments comme Totti et De Rossi, on se rend compte qu’il n’est pas possible de traiter tous les joueurs de la même façon. A titre personnel, je suis contre le traitement égal pour tous. Chaque joueur a son poste, son caractère, son palmarès et son expérience. On ne va pas traiter un gardien comme un milieu de terrain et on ne va pas s’adresser à un international chevronné comme à un jeu joueur qui sort tout juste du centre de formation.
Sans être laxiste, l’entraineur doit faire preuve d’intelligence et d’habileté. Se mettre les cadres dans la poche, c’est se faciliter la vie et s’assurer un soutien lors d’une mauvaise passe. La difficulté est donc de garder de la distance pour ne pas se faire marcher sur les pieds, tout en restant proche de ses hommes. Enfin, cela peut vous apparaitre comme un simple détail, mais Garcia aurait tout intérêt à apprendre l’italien. Cela faciliterait la discussion avec les joueurs mais pourrait aussi lui permettre de se faire apprécier de la presse transalpine.

Si la Roma a essayé plusieurs systèmes dont le très à la mode 3/5/2, j’imagine bien Garcia miser sur un système compacte comme le 4/2/3/1. C’est une formation qui favorise la possession de balle. Elle pourra mettre Totti dans de bonne condition et permettre à Lamela de s’exprimer sur un coté. Comme paire de 6, l’association De Rossi-Tachtsidis ou Bradley me parait très solide.
Au niveau des renforts, on peut espérer la venue d’un voire, de deux défenseurs.
Peut-on penser que Garcia va emporter des lillois dans ses valises ? Des rumeurs circulent sur des contacts entre le club et deux joueurs : Dimitri Payet et  Lucas Digne.

La pression populaire

58038[1]Le public Romain est difficile, exigent et capricieux. Garcia va devoir se faire apprécier et estimer du public qui méfiant, voit d’un œil suspicieux, l’arrivée d’un entraineur inconnu sur la scène internationale. Les deux grands rendez-vous à cocher sont évidemment les derbys contre la Lazio. C’est une question de fierté. A Lille, on ne peut pas dire que Garcia a été habitué à ce genre de pression puisque les matchs contre le RC Lens ne sont à l’heure actuelle plus qu’un lointain souvenir. 

Ces dernières saisons, la Lazio a pris le pas sur la Roma à l’image de la finale de Coupe d’Italie remportée par les Biancocelesti cette saison. A l’inverse de son voisin, la Lazio prône la stabilité. Le recrutement y est des plus judicieux à l’exemple des Klose, Hernanes ou autre Muslera. Toutefois, en championnat, la Louve a finit 6ème, soit une place devant son ennemi juré.

Rudi va devoir redonner confiance à toute une ville et faire du stade Olympico, une forteresse imprenable. C’est un challenge difficile mais très excitant. Pour se recontruire, la Roma devra se montrer lucide et lui laisser du temps. C’est naïf, je le sais mais cela me parait nécessaire pour concrétiser de grandes ambitions.

Retrouve mon billet « Hommage à Sir Alex Ferguson » : https://flavbories.wordpress.com/2013/05/12/hommage-alex-ferguson/

2 réflexions sur “Billet : Rudi Garcia signe à la Roma !

  1. Pingback: Billet : L’AS Monaco & Le Paris Saint-Germain |

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s