Focus sur : Kevin Prince Boateng

Prince de Sang

—-

kevin_prince_boateng_gol_esultanza_milan_brescia_5_ansa[1]

Un physique imposant, une crète, des tatouages, une belle et grande gueule et un parcours atypique, voilà Kevin Prince Boateng (26ans). Il y a quelques années, si on m’avait montré sa photo, je n’aurais jaimais cru que ce genre de « lascar » puisse porter un maillot aussi classe que celui du Milan AC.

Ces deux dernières années, les rossoneri ne traversent pas qu’une simple crise sportive, c’est une véritable crise d’identité. Rajouter un petit col blanc au maillot n‘y change rien. Avec les recrutements de Boateng, mais surtout celui de Mario Balotelli, le club au sept ligues des champions semble tirer un trait sur ses valeurs passées. L’arrivée au Milan AC de Boateng avait semé chez moi le doute. Peut-il s’imposer dans la durée ? Peut-il se canaliser ? J’aime le joueur, son style, sa puissance et sa technique mais l’attitude qu’il a eu envers la sélection ghanéene me reste en travers de la gorge. Toujours est- il que depuis son arrivée chez les diavolo, Boateng explose et se révèle comme un titulaire à part entière de cette équipe. Par son look et par son jeu, Boateng est un joueur qui ne laisse pas indifférent. Prince est un parfait showman, un arrangueur de foule mais derrière cette façade se cache un jeune homme plein de sensibilité. Un mec qui souhaite être connu et reconnu à sa juste valeur.

Pour comprendre ses qualités et ses défauts de footballeur, il m’est fondamental de vous retracer son parcours et ainsi, vous démontrer qu’une bonne carrière se joue souvent à peu de choses

Biographie

index[1]Né dans le quartier pauvre de Wedding à Berlin, Kevin est un enfant métisse issue d’un couple germano-ghanéen. Si on s’attarde sur sa généalogie, on remarque qu’il fait partie d’une famille de footballeurs et qui plus est de haut niveau. Son oncle est un ancien international ghanéen et il a un lien de parenté avec Helmut Rhan, vainqueur de la coupe du monde avec l’Allemagne en 1954. Prince a aussi deux frères, dont un que vous connaissez sans doute puisqu’il s’agit de Jérome Boateng, défenseur au Bayern Munich.

Selon les rumeurs, les deux frères ne s’apprécient plus. Si KP est de nature caractérielle et expressive, Jérome est lui, plutôt discret et sobre dans son attitude. Lorsque l’on jette un oeil sur les trajectoires de carrière, on remarque une nouvelle fois que le talent seul ne suffit pas. Prince est sans aucun doute bien plus doué que son frère pour le ballon rond mais dans le football, la tête compte plus qu’on ne le croit. KP a un parcours atypique et sa présence au Milan relève quasiment du miracle.

Formé au Hertha Berlin, le ghanéen est considéré par les observateurs comme l’un des plus grands espoirs du foot allemand. Pourtant, son style fantasque divise. Dans une Allemagne adepte de l’efficacité et de la simplicité, Boa apparaît et se sent marginal. En fait, le divorce Prince / Allemagne remonte à loin. Se considérant comme un « Ghetto Kid », il a toujours cultivé avec excès ses différences. Aujourd‘hui assagi, il semble progressivement transformer cette rage en force.

—-

Kevin-Prince-Boateng-talks-about-his-misery-at-Tottenham-Hotspur-129937[1]Sa différence, on la retrouve aussi dans ses choix de carrière. Depuis la fin des années 90, l’Allemagne est redevenue le championnat de référence pour les joueurs outre Rhin. Pourtant, Kevin décide de s’exiler à Tottenham à tout juste 20 ans. Probablement mal conseillé, ce transfert marque le début d’une longue décadence. Des changements répétés qui témoignent d’un manque de maturité et de constance.

Retombé dans un certain anonymat, il ne s’impose pas et il est prêté au Borussia Dortmund dès la fin de sa première saison. Son retour au pays va s’avérer tout aussi décevant.

Fin 2009, donc seulement une année plus tard, il retraverse la Manche pour se rendre dans le modeste club de Portsmouth. On se dit alors qu’il ne restera qu’un éternel espoir. Néanmoins, cette fois, Boa est crédité d’une saison correcte. Pourtant, dès la fin de celle ci, l’instable prend la poudre d’escampette. Il signe chez les italiens du Génoa où il ne jouera aucun match, puisque le club le prête immédiatement au Milan avec le destin que vous lui connaissez. Comment en est-t-il arrivé là ? Et bien, il faut se pencher sur sa carrière internationale pour comprendre.

Chez les jeunes, Kevin joue pour l’Allemagne. Comme beaucoup de footballeurs à la double nationalité, il est dragué par une fédération africaine. En l’occurence, il s’agit du Ghana qui lui propose ni plus ni moins qu’une participation à la Coupe du monde 2006. Le joueur hésite mais décline finalement l’offre sous les conseil de son coach de l’époque Dieter Hoeness, qui l’estime capable d’intégrer la Mannschaft. Cependant, vous commencez à connaître Boa… A la suite d’incidents, il est exclu à titre provisoire de la séléction. Caractériel et impatient, il n’en fallait pas plus pour le convaincre d’accepter la sélection des Black Stars. Du même coup, il se porte candidat pour une place dans le groupe en partance pour la Coupe du Monde en Corée.

Kevin-Prince-Boateng_full_diapos_large[1]Cette compétition est celle de la révélation. Vue la mentalité du garçon, on ne s’étonne presque pas de ce destin. Vous savez c’est ce genre de personne qui se repose jusqu’à la veille de l’examen et qui le jour J, s’appuie sur son feeling et son talent pour réussir. Il profite également de la blessure de Mikael Essien pour briguer une place de titulaire.

Malgré une méconnaissance de ses coéquipiers, il se révèle comme un taulier. Il éclate au yeux du grand public en menant le Ghana jusqu’au quart de finale.

A la fin de la compétition, le joueur compte donc 9 sélections. On pense alors qu’il s’agit du début d’une belle histoire mais vous connaissez Boateng… A la surprise générale, Monsieur décide de mettre un terme à sa carrière internationale. Motif, il craint que la séléction soit néfaste sur ses performances au Milan AC.

Le Ghana n’a donc servi que de tremplin. J’aurais bien envie de lui mettre une paire de claques et de lui expliquer que l’équipe nationale, qui plus est en Afrique, cela représente beaucoup mais j’imagine qu’il finira tôt ou tard par s’en rendre compte. Cette décision révèle néanmoins une facette de sa personnalité. Sous ses airs de Barracuda, se cache un homme qui a conscience d’être passé pas loin de la correctionnelle. Dans la précipitation, la signature au Milan lui a sans doute paru inespérée ce qui explique probablement son comportement. Enfin, petit point symbolique : A l’occasion du troisième match de poule face à l’Allemagne, il se retrouve face à son frère Jérome. La rencontre de deux frères dans des équipes différentes en sélections n’a de mémoire pas de précédent.

—-

Tactique

Comme beaucoup, j’ai donc découvert Boa lors de cette coupe du monde. Son jeu est à l’image de son caractère. Lorsqu’il l’a décidé, ce joueur peut vous changer un match à lui seul. Rapellez-vous de son geste technique magnifique face au Barça d’Eric Abidal lors de la saison 2011 2012. Une talonnade pour lui-même enchaînée d’une frappe coup de pied pleine lucarne. Boateng c’est aussi une décontraction déconcertante.

Kevin-Prince-Boateng-Hairstyles-Image[1]Footballistiquement, son profil est difficile à définir. On peut le désigner comme un milieu relayeur offensif alignant technique, puissance et tonicité. Il inaugure a mon avis un profil de joueur tout à fait unique.

Pas spécialement passeur, Boateng est un dynamiteur axial quand cette appelation correspond souvent au joueur excentré. Il a une telle réactivité, une telle explosivité qu’il pourrait être un des meilleurs relayeurs de la planète. On peut rajouter à son arsenal une puissante frappe de balle.

Titulaire indiscutable du dispositif de Massimo Allégri, Prince est un joueur polyvalent. Il peut évoluer en second attaquant, sur un côté, ou dans l’axe. Si cette année il est plus utilisé sur l’aile, je le préfère dans l’axe. Sur un côté, je le trouve muselé. Si sur le long terme, je ne l’imagine autrement qu’en 8, à l’heure actuelle, j’en ferais un attaquant de soutien associé à un avant centre rapide.

Si son potentiel est, je le répète extraordinaire, il doit selon moi encore étoffer son jeu. Il doit notamment progresser dans les phases défensives. Avec un physique tel que le sien, Boateng devrait pouvoir se situer au coeur du jeu dans un style proche de celui de Yaya Toure. J’irais même jusqu’à dire, sans minimiser le citizen, sans conteste un des meilleurs relayeurs actuels, que Boa à des qualités intrinsèques supérieures.
Son entraîneur mise sur ses qualités actuelles et c’est une option louable. Personnellement, n’étant pas entraîneur, je peux me permettre d’être visionnaire. Outre sa qualité de passe à peaufiner, j’estime que Prince n’utilise pas assez sa tête, dans tout les sens du terme. Coach, ce serait le genre de joueur que je mettrais capitaine afin de le responsabiliser et ainsi le contraindre à faire plus d’efforts.

On ne pourra sans doute jamais faire de KP un Bastian Schweinsteiger puisqu’il faudrait lui demander de changer sa nature pour tenter de le discipliner tactiquement. Une solution qui risquerait de lui faire perdre de sa spontaneité. Néanmoins, j’aurais toujours cette vision en tête, en ayant l’idée de faire du Prince un relayeur complet. Plus les années vont passer et plus son hygiène de vie va devoir être irréprochable. Les joueurs qui s’appuient essentiellement sur leur qualités athlétiques doivent s’avoir écouter leur corps et se gérer. Les meilleurs savent aussi se développer avec l’âge et déployer ainsi des qualités différentes que celles qu’ils possédaient à 20 ans. J’attends donc de voir dans quelle catégorie s’inscrira Prince.

kevin-prince_boateng_5[1]Malgré des qualités physiques et techniques exceptionelles, Boateng est passé à deux doitgs d’une carrière en bois. Finalement, le Milan semble être un club fait pour lui. Le départ des stars (Ibrahimovic, Silva, Nesta, Seedorf…) lui donne beaucoup plus de visibilité et de responsabilités, ce qui est à mon avis positif pour sa progression. A l’image de Balotelli qui paraît (presque) transformé, Boa semble s’être plié à l’institution Milanaise.

—-

Je vais conclure par ces mots : un joueur qui souhaite marquer l’histoire doit avant tout briller avec sa sélection. Pourtant, Prince semble né sous une bonne étoile. Si il y a quelques années, le choix du Ghana aux dépends de l’Allemagne aurait pu paraître complétement fou, les Black Stars apparaissent désormais comme une grande nation du football. Même si l’Allemagne manque de grands joueurs, je pense que Prince par son profil unique est une arme dont la Mannschaft aurait pu et du profiter. Boateng aurait pu être le symbole d’un football Allemand repensé et tourné désormais vers le beau jeu.

—-

Clubs et Palmarès

2005-2007 : Hertha Berlin
2007-2009 : Tottenham Hotspur
2008-2009 : Borussia Dortmund
2009-2010 : Portsmouth
2010 : Milan AC

2008 : Carling Cup
2011 : Championnat d’Italie
2011 : Supercoupe d’Italie
2011 : Trophée Luigi Berlusconi

T’as savouré ? 😀 Retrouve mon article sur Arjen Robben : https://flavbories.wordpress.com/2013/04/07/focus-sur-arjen-robben/

2 réflexions sur “Focus sur : Kevin Prince Boateng

  1. hello there and thank you for your information – I’ve certainly picked up anything new from right here. I did however expertise some technical points using this web site, as I experienced to reload the web site many times previous to I could get it to load correctly. I had been wondering if your web hosting is OK? Not that I’m complaining, but slow loading instances times will often affect your placement in google and could damage your high-quality score if ads and marketing with Adwords. Well I am adding this RSS to my e-mail and can look out for much more of your respective intriguing content. Make sure you update this again soon..

  2. Pingback: Focus sur : David Beckham |

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s