Le direct : AC Milan Vs FC Barcelone (2-0)

Les limites d’un système !

 

535498_601397679874020_493637829_n[1]Belle affiche Mesdames et Messieurs, un vrai classique Européen que ce Milan-Barcelone !

Le Milan AC est en période de transition. Le club de Silvio Berlusconi a connu des départs majeurs. Derniers en date, ceux de Thiago Silva et Zlatan Ibrahimovic. Des départs dûs à la conjoncture économique mais qui sont également le fruit d’une mauvaise gestion.

On pense évidemment au cas de Pirlo, Seedorf, Nesta … Pourtant, le Milan AC se défend en prônant une politique basée sur la jeunesse. Selon moi, il faut parler de véritable crise identitaire. Milan, ça évoque une certaine classe, une étiquette, une marque de fabrique. Par ses qualités footballistiques, son attitude et son charisme, on est fait ou non pour ce club .

Si les rossoneri suivent une véritable cure de jouvence, symbolisée notamment par les arrivées des El Shaarawy, Balottelli et M’baye Niang…Bon nombre de ces joueurs traînent derrière eux une image sulfureuse. Désignés comme des « bad boys », on pourait croire que ces derniers passent plus de temps à cultiver leur coiffure que leur football. Cependant, laissons une chance à cette équipe qui a malgré tout, de la gueule et du talent à revendre. Après un début de saison décevant, cette équipe semble enfin trouver un équilibre. En effet, les rossoneris pointent à l’heure actuelle à la 3ème place de Série A à égalité de point avec la Lazio.

Ce soir, je vais observer particulièrement Kevin Prince Boateng, un adepte des gros matchs. Je me rappelle biensûr son but marqué l’an passé. Il élimine Eric Abidal d’une jolie talonnade avant de fusiller Victor Valdes pour inscrire le but du 2/2. Enfin, on peut signaler l’absence de Mario Balotelli qui n’est pas qualifié pour cette compétition. En effet, Super Mario a déjà disputer des matchs de C1 avec son ancien club Manchester City.
Du côté du Barça, c’est du grand classique. Cependant, s’il y a un point sur lequel je m’interroge avant ce match, c’est sur la charnière centrale. Elle me paraît molassone ces derniers temps. Enfin, les cotes de ce match proposent la victoire du Milan 7, du jamais vu.

 

La rencontre

Le match commence. Comme à son habitude, le Barça fait tourner le ballon. Du côté milanais, on voit très clairement se dessiner le 4/4/2 mis en place par Massimo Allegri. Les premières minutes du match sont assez pauvres. Si le Barça tente de pauser son jeu, Milan pratique un pressing léger mais suffisant pour empêcher les catalans de constuire leur jeu basé sur des transmissions de balles courtes. Les rossoneri semblent très concentrés et n’hésitent d’ailleurs pas à mettre le pied.
Plus le match avance, plus le Barça se rapproche du but d’Abbiati, tel un serpent.
– 15ème minute de jeu et première occasion pour Milan. El Shaarawy bien lancé en profondeur pousse trop son ballon. Sur le Corner qui suit, joué très intelligement, Boateng est tout prêt d’ouvrir le score. Deux occasions qui vont peut-être véritablement lancer cette rencontre.

Pour l’instant, je le redis, le pressing italien est remarquable, tout le monde défend. Cependant, le pressing est un exercice qui use. Combien de temps va tenir Milan?
Juste un fait pour vous démontrer la hargne italienne, le tacle parfait de Montolivo dans les pieds de Lionel Messi. Le Milan joue pour l’instant, très intelligemment. Il faut attendre la 25ème minute pour voir la seule frappe cadrée des catalans. Le Barça n’arrive pas à accélérer pour le moment.A la 30ème minute, j’ai presque envie de vous dire que l’on s’ennuie a Guiseppe Meazza. On ne peut pas reprocher aux Milanais leur prudence, tant on connaît le tarif habituel infligé aux autres équipes par Barcelone. Un 0-0 ne serait donc pas une si mauvaise opération pour les milanais.
Le match se déroule sur un faux rythme. Les italiens reculent peu à peu. Du côté du Barça le mieux est de ne pas se précipiter. Cependant, chose inhabituelle, les blaugranas n’arrivent pas à changer de rythme .35ème minute, le Milan tente de sortir mais tout ça reste trop approximatif.

Sur un centre 35536_537527792958576_878425548_n[1]d’Abate, El Shaarawy est trop court pour reprendre le ballon. Pour vous décrire au mieux la situation, à la 38ème minute, lors d’une attaque à plat, on compte 9 milanais situés quasiment dans leur propre surface. A ce propos, j’entends déjà des journalistes saluer le travail tactique de Milan, alors que ces derniers se sont insurgés contre l’attitude de Chelsea la saison passée.

C’est la mi-temps et je peux le dire, on se fait chier. Le Barça déjoue quelques peu, ce n’est pas la même équipe que d’habitude. Pas par le score mais plutôt par les petites erreurs que commettent les catalans et qui sont pour le moins inabituelles : des contrôles ratés, des passes mal assurées et cette incapacité à accélérer le jeu. Tactiquement, il va falloir que le Barça fasse sortir un peu Milan. Un risque, mais au vue de la forme moyenne affichée par les catalans, je ne vois pas d’autres solutions pour tenter de faire la différence. Un Barça à 100% finirait par faire exploser cette défense mais une équipe diminuée, doit pouvoir s’adapter aux circonstances.

Le début de deuxième mi-temps est assez similaire à la première. Notons cependant que les milanais pressent légérement plus haut. Le Barça va t-il savoir en profiter ? Nul doute qu’il faudra plus de vivacité et de tonicité. Peu à peu, le jeu se durcit de part et d’autre et les catalans semblent s’agacer, ce qui est rare. A la 57ème minute, El Shaarawy, percute bien et Daniel Alves commet la faute.

marie

Sur le coup franc qui suit le ballon est d’abord contré par Zapata. Prince Boateng, récupère le ballon, frappe et place le ballon dans le petit filet gauche de Valdes! Ce n’est pas très beau mais ça fait un zéro pour Milan. Le Barça semble usé et en panne d’inspiration. Avec un but d’avance, on imagine mal Milan sortir. Et pourtant les italiens semblent en confiance. Sur la droite Abate déborde, centre mais personne ne reprend. Côté Barça, Alexis Sanchez se rapproche du banc.

Il remplace Fabregas qui sans avoir été mauvais est à l’image de ses partenaires, insignifiant. Si je n’ai quasiment pas écrit « Messi » dans cet article, c’est qu’il est tout simplement fantomatique. Lorsqu’il essaie de percuter, il vient sythématiquement s’empaler sur la défense milanaise. Paradoxalement, Milan ne ferme pas le jeu, un signe que les barcelonais sont au fond du trou. A la 68ème minute, belle volée de Pazzini, bien capté par Valdes.

Le Barça reprend peu à peu sa domination stérile. Il n’y a aucune présence dans la surface. On semble voir les limites du système avec un faux numéro 9. En effet, dans une défense repliée, il n’y a que trop peu d’espaces pour le neuf et demi. On est seulement à la 70ème minute et pourtant, je me dis déjà que, sauf bourde de la défense milanaise, c’est mission impossible pour le Barça.
– 75ème minute, sortie de Pazzini et rentrée du jeune M’baye Niang. Un joueur qui peu à peu gagne du temps de jeu et l’estime de son entraîneur. Par ce changement, Milan augmente la vitesse de son attaque et se dit qu’il y a peut-être un deuxième but à aller chercher.

253086_537527319625290_388608517_n[1]La physionomie de ce match est vraiment étrange et témoigne de la méforme barelonaise. J’ai presque envie de dire que le Barça se bat lui-même. Loin de moi l’idée de sous estimer la perfomance milanaise. Cependant, en restant cantoner dans ce style de jeu, les blaugranas se condamnent. C’est là que je me dis qu’il manque quand même un entraîneur à ce Barça. Tout talentueux et expérimenté qu’ils sont, un « Guardiola » aurait permis de réveiller ces joueurs amorphes.

A la 81ème minute, Niang donne à El Shaarawy dans la surface qui d’une petite louche sert Muntari, ce dernier bat tranquilement Valdes. 2/0 ! Un véritable coup de poignard. Quelle passivité dans les rangs barcelonais ! L’attaque n’était pourtant pas très rapide.

Quelle Bérézina ! Je ne trouve plus de mots. Je ne peux blâmer personne en particulier, tant la faillite est collective. C’est l’échec d’un concept. La domination stérile ne sert à rien. Cependant, rendons à César ce qui est à César. Cette équipe de Milan n’a pas démérité et a fait preuve d’une belle solidarité. On peut également souligner le coatching payant d’Alégri avec l’entrée de Niang, à l’origine du but. Dans les tribunes, c’est la folie. On entend des « Holé » à chaque passe milanaise. Le grand FC Barcelone court après le ballon. Le croyez vous ?

2013-02-20_MILAN-BARCELONA_27.v1361400237[1]

A la 86ème minute, sortie d’El Shaarawy sous l’ovation de San Siro. Il s’est vraiment battu tout le match aussi bien offensivement que défensivement. Il est remplacé par l’ancien niçois Bakaye Traore.
Qu’elle faillite pour le système barcelonais! En cette fin de match, plusieurs sentiments me submergent. Je suis d’un côté déçu par un match que j’ai trouvé moyen. De l’autre je suis heureux pour les italiens opportunistes . En revanche je suis en colère contre le Barça qui n’a pas sû trouver d’alternative à son jeu. Si on peut se réjouir de la défaite catalane, d’un point de vue sportif, j’aurais juste aimé que cela se fasse d’une autre manière.

Une page vient t-elle de se tourner ? On a déjà hâte d’être au Camp Nou.

 

Les Compositions d’équipes

Milan : Abbiati – Abate, Zapata, Mexès, Constant – Ambrosini, Montolivo, Muntari – Boateng, Pazzini, El Shaarawy

Barcelone : Victor Valdes – Danis Alves, Piqué, Puyol, Alba – Xavi, Busquets, Fabregas – Pédro Rodriguez, Messi, Iniesta

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s