Le direct : Real Madrid Vs Manchester United

Jose_Mourinho_2226707b[1]

 

Mise en bouche

Depuis plusieurs saisons le Real Madrid est en crise. Si la majorité des clubs se seraient pourtant satisfaits d’une coupe du Roi en 2011, d’un championnat d’Espagne en 2012 et d’une Supercoupe d’Espagne la même année, pour la Casa Blanca, ce n’est pas suffisant. Ici, on est à Madrid, le club le plus titré de l’histoire du football!

C’est d’ailleurs pour assoir leurs ambitions que les merengues décident d’engager en 2010, le célébrissime Jose Mourinho, alors considéré comme l’un des tous meilleurs technitiens en activité. Son palmarès en dit long : Champion du Portugal, d’Angeterre, d’Italie, d’Espagne, double vainqueur de la Ligue des Champions… Après un départ encourageant avec pour consécration le titre de 2012, le club semble pourtant divisé et « The Spécial one » est loin de faire l’unanimité. Le Real Madrid c’est une institution. Les joueurs et les entraîneurs passent mais le club lui, reste. Cette phrase définie une sorte de charte. Le Real doit bien jouer, gagner et soigner son image. Avec Mourinho, c’est surtout l’image le gros probème.

Jose-Mourinho-001[1]Magré les antécédents et les frasques du Mou, le Real décide tout de même de lui faire confiance. Un paradoxe qui en dit long sur la situation du club. Sacrifier l’image au détriment des résultats, il n’y a qu’une seule raison à cela, l’hégémonie du FC Barcelone. Sans cesse terrassé et humilié par son ennemi héréditaire, La Maison Blanche a dû trancher en faveur du portugais et ceci, malgré de nombreuses contestations.

Et effet, les problèmes n’ont pas tardés à surgir. Au cours du Classico opposant le Real au Barça en 2011, Mou est reconnu coupable d’avoir mis son doigt dans l’oeil de Tito Vilanova, l’actuel entraineur des blaugranas. Enfin, pour les plus attentifs, vous avez sans doute en mémoire le contentieux opposant le portugais au légendaire Jorge Valdano. Pourtant directeur sportif de la Casa Blanca depuis 2009, ce dernier est démis de ses fonctions.

Cette année, Mourinho se serait mis à dos l’intégralité de son vestiaire avec en tête de liste, Iker Casillas, le gardien et capitaine emblématique du club. Le portugais n’a d’ailleurs pas hésité à le placer sur le banc des remplaçants. Je ne reviendrai pas sur cette décision car j’estime que si le technitien a fait ce choix, c’est qu’il a jugé le joueur en méforme. Il me paraît également improbable qu’un professionel comme Mourinho puisse délibérément se saborder.
Toujours est-il que le Real Madrid n’a plus rien à espérer en Championnat cette saison, puisque relégué à 16 longueurs de l’indéboulonable Barça. Les merengues doivent donc sauver leur saison. La seule issue est une victoire finale en ligue des Champions. Pour atteindre ce but, le Real doit d’abord en découdre avec un autre grand d’Europe, Manchester United.

 

La Rencontre

Mori FergieQuelle affiche de rêve Mesdames et Messieurs ! Quoi de mieux pour renouer avec la Coupe d’Europe qu’une opposition entre le Real Madrid, 9 fois titré dans cette compétition et le prestigieux Manchester United également triple vainqueurs de la coupe aux grandes oreilles?
Dans la formule actuelle de la phase finale de la Ligue des Champions, je vous rappelle que les matchs se jouent en formule « aller/retour ». Il est de ce fait très important pour l’équipe évoluant à l’exterieur, de marquer au moins un but. En effet, ce dernier compte double en cas d’égalité à la fin des deux matchs. Vous suivez ?

La composition d’équipe de Manchester, bien que séduisante sur le papier, me surprend. C’est en effet, la paire Jones/Carrick qui officie en milieu de terrain. Bien qu’il ne soit pas honteux d’aligner deux numéros 6 face au grand Real Madrid, je m’étonne pourtant de ne pas voir de véritables relayeurs comme Cleverley ou Anderson. Par leur rôle, ces milieux sont de véritables poumons pour l’équipe car ils apportent autant offensivement que défensivement. Enfin, par leur vision de jeu et leurs qualités techniques, ils sont capables de délivrer ce que l’on appelle « l’avant dernière passe ».
Offensivement, l’écossais n’hésite pas à aligner le Duo Rooney-Van Persie et se paye même le luxe de faire évoluer Danny Welbeck, pourtant attaquant de formation, sur la droite de son milieu de terrain. Enfin, on note que la charnière centrale doit une nouvelle fois composer avec l’absence de Némanja Vidic. C’est donc l’Irlandais Jonny Evans qui est associé à l’expérimenté Rio Ferdinand.
Du coté du Real, c’est du classique offensivement, puisque l’attaque est composée d’Ozil, de Di Maria, de Ronaldo et du français Karim Benzema. En revanche, défensivement, on note la titularisation dans la cage de la nouvelle recrue Diego Lopez, dont l’expérience a du apparaitre aux yeux de son coatch comme un facteur déterminant. Enfin, en l’absence de Pepe encore un peu juste, c’est le jeune français, Raphael Varane qui est associé au capitaine du soir, Sergio Ramos.

Le début de match est à la hauteur de nos espèrances puisque, le Real met tout de suite la pression sur Manchester. En effet, les merengues touchent le poteau dès la 5ème minute par l’intermédiaire Coentraõ, suite à un exellent travail de son compatriote Cristiano Ronaldo. Les madrilènes entament donc le match par le bon bout. Cependant, Manchester est une equipe qui tient quasiment toujours son rang. En effet, les Reds Dévils ne s’inclinent que face à des adversaires qui leurs sont intrinséquement supérieurs.
Tout au long du match, CR7 fait vivre un véritable calvaire à Rafael, aligné à droite de l’arrière garde mancuniène. Le Brésilien a été sans doute ciblé par José Mourinho, comme le point faible a exploiter dans la défense adverse. C’est d’ailleurs à peu près similaire du coté anglais, puisque les offensives vont concentrer principalement sur le coté droit gardé par Alvaro Arbeloa.

Cristiano RonaldoGlobalement, les Reds peinent à rentrer dans leur match. Cependant, on se dit qu’avec un tel potentiel offensif, les hommes d’Alex Ferguson restent dangereux à tout moment. Effectivement, à la 20ème minute et totalement contre le cour du jeu, le jeune Danny Welbeck ouvre le score de la tête suite à un corner botté par Wayne Rooney.

Par ses replacements, sa vitesse et son altruisme, Welbeck se révèle être un joueur très précieux. Piqué à vif, le Real pousse. A la 27ème minute, suite à un coup franc moyennement tiré aux 20 mètres, CR7 reprend le cuir d’une belle demi-volée mais sa frappe passe à quelques centimètres du poteau droit de De Gea. Enfin, à la 29ème, les merengues font sauter le verrou par l’inévitable Cristiano Ronaldo, qui égalise de la tête sur un beau centre d’Angel Di Maria, très bon ce soir. Suite à l’égalisation, le match s’enflamme. Le Real gagne la bataille du milieu de terrain et étouffe littéralement son adversaire. Cependant, côté madrilène, on peut toujours craindre un contre assasin des mancuniens. Une peur agrémentée par une statistique. Avec 20 buts encaissés, Madrid est la pire défense de ces huitièmes de finale.

La deuxième mi-temps part sur le même rythme. Cependant, le Real, bien que dominateur, manque de créativité. En effet, les attaques sont bien trop statiques pour inquiéter David De Gea, auteur d’une belle deuxième mi-temps au contraire de son début de match poussif. Coté tricolore, on peut signaler la sortie de Karim Benzema à la 60ème minute. Le français a été transparent pendant tout la rencontre. En revanche le jeune Raphael Varane, 19 ans, a rendu une belle copie. La fin de match est ponctuée par la double occasion du néerlandais Robin Van Persie, qui touche d’abord le poteau, et voit ensuite sa seconde tentative sauvée sur sa ligne par Xavi Alonso.
Le match se solde donc par un nul, un bon nul.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s